Yves Charles ZARKA / Le risque de la vérité

01/04/2012

Contrer l’idéologie de la réussite financière

Filed under: Articles — Yves-Charles ZARKA @ 22:34

Cet article est paru dans Libération le 30 mars 2012

Les réactions à la proposition de François Hollande de taxer à 75% les revenus au-delà d’un million d’euros par an sont d’un très grand intérêt parce qu’elles mettent à nu l’emprise de la communication sur la politique, d’une part, et une idéologie qui s’installe en France: la réussite financière comme critère de l’excellence, d’autre part.

Sur le premier point, les experts en communication de François Hollande ont compris la leçon de ceux de Nicolas Sarkozy : ce qui compte dans une campagne électorale, ce n’est pas la rationalité, l’ingéniosité ou la crédibilité d’une proposition ou d’un engagement, mais sa capacité à placer un candidat au centre du débat politique et à occulter les autres. A cet égard on ne peut leur dire que bravo ! La proposition de François Hollande a été tout à fait remarquable. Elle a placé celui-ci au cœur du débat sur une question à laquelle adhèrent une majorité de français. Comment peut-on accepter, en temps de crise grave du pays, avec 8 millions de français en-dessous du seuil de pauvreté, que certains puissent bénéficier de plus d’un million d’euros par an ? Que certains puissent se complaire dans l’hypersurabondance au milieu des difficultés et des misères des autres, est-ce acceptable, pas seulement moralement, mais aussi socialement et politiquement ? N’y a-t-il pas de limite à l‘appât du gain ?

Certes, il faut reconnaître que la proposition a un noyau rationnel : remettre en cause la frénésie du profit et l’accroissement considérable des inégalités par l’enrichissement des riches. Sera-t-elle appliquée ? Je ne le crois pas. Malheureusement dirais-je ! Mais elle est de toute façon géniale sur le plan de la communication politique. Hollande a, sur ce point, battu Sarkozy, qui en est aujourd’hui à ramer avec ses ministres pour tenter de reprendre le dessus avec un autre slogan communicationnel : la viande Hallal.

Mais l’essentiel est ailleurs : la réussite financière est-elle le gage de l’excellence ? Notons tout d’abord qu’il s’agit là d’une idéologie qui, très répandue depuis longtemps aux Etats-Unis, s’installe en France. Mais en quoi la richesse, par exemple gagner plus d’un million d’euros par an, pourrait-elle fournir le critère de l’excellence ? Prenons un exemple : un prix Nobel. Ne peut-on dire que la personne qui l’obtient a atteint dans son domaine l’excellence ? Ne peut-on dire qu’elle induit pour son pays des conséquences très positives y compris sur le plan de l’emploi ? Et pourtant, cette personne est en général professeur au Collège de France, dans une université ou un grand établissement de recherche. Un poste certes prestigieux, mais dont la rémunération lui permet simplement de vivre correctement, sans plus. Elle ne devient pas du jour au lendemain millionnaire en euros. On pourrait prendre beaucoup d’autres exemples en matière de création, d’innovation, de recherche, d’art et même d’entreprise.  Il ne s’agit pas de condamner la réussite financière, mais de dénoncer l’idéologie qui en fait le paradigme de la réussite. Cette idéologie est plutôt le signe d’une dégradation des mœurs démocratiques qui transforme la cupidité illimitée en vertu d’excellence.

Advertisements
TrackBack URI

Create a free website or blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: